Simplette s’en va-t-en guerre

A propos de Jasbir K. Puar, Homonationalisme

couv PUAR

Quel gâchis ! Quel massacre ! On ne peut manquer d’être envahi par de tels sentiments à mesure que l’on progresse dans la lecture d’Homonationalisme. Chaque page de ces deux essais de Jasbir Puar produit une impression navrante.  Car potentiellement, ce sont de beaux problèmes qui sont abordés : celui de la variabilité culturelle des identités, de la représentation de l’Islam aux Etats-Unis, de la façon dont les luttes féministes et LGBT ont pu être instrumentalisées pour soutenir des projets militaristes (justifier la guerre en Afghanistan au nom de la nécessité de libérer les femmes des talibans, etc.), des rapports imaginaires entre l’Orient et l’Occident… Tout ceci constitue un vaste chantier tout à fait passionnant. Hélas, Jasbir Puar saccage ce terrain d’investigation. Car elle n’est pas une intellectuelle. Elle ne comprend rien à la logique de la réflexion : elle se situe dans le monde du slogan, du simplisme, de l’idéologie. Au fond, on pourrait presque lire ce livre comme un recueil de toutes  les opérations qui définissent la non-pensée.

Jasbir Puar aime à se présenter comme une « terroriste » qui ferait exploser les cadres normatifs. Elle apparaît plutôt comme une simplette qui s’en va-t-en guerre. La vision qu’elle construit est binaire : il y a d’un côté la Nation, le multiculturalisme, l’identité gay et lesbienne, le marché, le néolibéralisme, l’hétéronormativité, etc. – c’est mal ; de l’autre, les « identités queers » (on a du mal à ne pas rire !!!) ayant « conservé leur capacité de vigilance et de résistance »  – c’est bien.

Dès lors, c’est simple : tout ce qui n’est pas conforme à la ligne décrétée par Puar comme la seule authentiquement subversive est accusé de tous les maux et devient complice de la polarité définie comme négative. Par exemple : l’annonce en 2004, pendant la guerre en Irak, de la parution d’un livre sur les vétérans LGBT de l’armée américaine est dénoncée par elle comme constituant  une opération de diversion destinée à concentrer l’opinion publique sur les difficultés des gay militaires afin  « de détourner l’attention du sort des prisonniers irakiens » et « d’accorder à d’autres le statut de victime » ! Autre exemple : les pages grotesques et involontairement comiques sur le tourisme homosexuel,  où les gays qui voyagent sont dépeints sous les traits d’homonationalistes qui s’inscrivent dans le système néolibéral de la consommation, qui empruntent des circuits hétéronormatifs – et qui tendent à renforcer l’idée de la supériorité américaine et la logique impérialiste de l’Occident. Puar en vient même à opposer les sexualités « nationales » aux sexualités « anti-nationales »  (qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ?) : et dans ce cadre, sans surprise, l’identité homosexuelle, la revendication du mariage gay et de l’homoparentalité apparaissent comme des éléments régénérateurs du projet nationaliste… Tout ceci est nauséabond, souvent vulgaire, et l’on en vient très vite à se poser une question : si cette prose n’était pas formulée dans la rhétorique de l’Université américaine,  si elle n’utilisait pas le langage psychanalytique dominant dans l’espace de la théorie radicale, ne serait-elle pas immédiatement perçue comme l’expression pure et simple de passions homophobes ? On pourrait faire une remarque analogue à propos de Lee Edelman.

Le plus inquiétant dans tout cela est que les Jasbir Puar, et ces types de réflexions prolifèrent à l’échelle internationale. On assiste aujourd’hui à une véritable puarisation de la pensée, à laquelle il nous faut résister de toutes nos forces. Il en va de la survie de l’inspiration qui définissait le projet LGBT et queer à son origine, comme volonté d’ouvrir un espace de réflexion originale et de création de problèmes nouveaux. Si la parution de ce livre pouvait au moins être l’occasion d’une interrogation sur le devenir de la théorie queer, ce serait bien son seul mérite.

Advertisements
Cet article a été publié dans Compte-rendu, Gauche, Politique, Sexualité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.