Les violences de l’Etat pénal et le cas d’Antonin Bernanos.

 

Une journée de soutien à Antonin Bernanos a été organisée à l’Université de Nanterre le 2 mars à laquelle j’ai participé. Je publie la vidéo de mon intervention.

Antonin est étudiant en sociologie à Nanterre. Il est en détention provisoire depuis le 2 juin 2016. Il est accusé d’avoir participé, avec 3 autres personnes dont son frère Angel, à la dégradation d’une voiture de police, quai de Valmy, lors d’une manifestation contre les violences policières au moment du mouvement social contre la loi travail au printemps 2016. Pour ces faits, qu’il nie, il est mis en examen pour des charges extravagantes.

Dans l’intervention filmée ici, j’essaie de montrer en quoi ce qui arrive à Antonin et le scandale que cela représente doivent nous amener à affronter radicalement la logique de l’Etat pénal.

Il manque le tout début de mon intervention. Je commençais en expliquant que, selon moi, il ne faut pas comprendre ce qui arrive à Antonin comme quelque chose d’exceptionnel, qui manifesterait une tactique de répression politique destinée à briser le mouvement social, etc. Ce qui arrive à Antonin c’est le déroulement normal de l’Etat pénal dans son fonctionnement quotidien.

L’impression selon laquelle la repression qui s’est déroulée au moment des manifestations contre la Loi travail a été « exceptionnelle » est à bien des égards seulement une conséquence du fait que, à ce moment là, l’Etat pénal s’est abattu sur des populations qui n’étaient pas habituées à lui – des populations blanches, bourgeoises, parisiennes… – et qui par conséquent ne connaissaient pas la réalité ordinaire de l’ordre pénal.

La vidéo commence à ce moment là, et je parle ensuite, à partir du cas d’Antonin, de la violence du système du jugement, de la sociologie, de l’Affaire Traoré, de la logique de la repression…

La fin de mon intervention porte sur les modes de l’action politique.

Une conférence de presse aura lieu lundi 27 Mars à 11h au siège de la Ligue des Droits de l’Homme pour dénoncer la longueur de sa détention provisoire. Une décision sur sa détention provisoire doit intervenir mardi. On peut se reporter à la page facebook Libérons Antonin pour suivre les informations.

Advertisements
Cet article a été publié dans Droit, Etat, Interventions, Juger, Politique, Uncategorized, Video. Ajoutez ce permalien à vos favoris.